Retour vers les livres

L'histoire

« Nouvelles pour l’été » se compose de onze nouvelles de genres très différents :  angoisse, polar, humour, rêve, initiation, chronique, autobiographie… Dans chacune, un personnage retient l’attention : enfant, adolescent, homme, femme, retraité, vieux monsieur, vieille dame, il fait varier les points de vue et « raconte » l’été à sa façon.

Car cet ouvrage cherche avant tout à saisir et à partager ce moment précieux de fantaisie et de liberté que l’été offre à chacun de nous. Manger une glace, faire une randonnée, lire, s’allonger dans un hamac, aller au bal du 14 juillet, regarder le Tour de France, passer son bac et partir en vacances... Autant d’activités, de loisirs, d’événements apparemment anodins, qui évoquent la vie dans ce qu’elle a de plus immédiat et de plus humain : désirs, langueurs, passions, fantasmes, expériences inédites, velléités, regrets, mélancolie, pulsions, ennui, paresse…

Autant d’occasions aussi pour le lecteur de retrouver ses inclinations profondes avec, en toile de fond, un décor toujours ondoyant : la mer, la montagne, la campagne, la forêt, la grande ville, la Méditerranée, la Bretagne, la Sicile, l’Italie, les Highlands d’Écosse, les îles Caraïbes…

 

Informations sur ce livre

Genre : Nouvelles

Éditeur : Aléas

ISBN : 2-84301-108-6

Livre au format papier : parution en 2004, 177 p., 14 €

 

Comment passer commande ?

  • la réponse se trouve ici !

 

Avis de lectrices

J'ai vraiment adoré votre bouquin ! C'est une écriture gourmande et gorgée de sucre et de soleil, avec des mots ronds et gouleyants et des expressions surréalistes... Le rythme m'a semblé trouver encore plus son rythme de croisière après 3 ou 4 nouvelles (ou est-ce une impression purement subjective : j'ai aimé encore plus les 6 dernières nouvelles). Bizarrement, c'est cette impression délicieuse qui domine, et qui fait que même les histoires les plus dangereuses ou les plus noires (Angelica, bal de 14 juillet) n'ont pas réussi à distiller de l'angoisse chez moi !

Martine

J'attendais d'avoir le temps pour vous envoyer un message de réflexions intelligentes et construites sur votre dernier livre « Nouvelles pour l'été ». Enfin, dire autre chose que « j'ai aimé etc... ».

Mes critères d'appréciation sont assez simples. De nombreux livres sont très bien écrits, sont plaisants à lire, mais une fois terminés, il n'en reste cependant rien ! Le lecteur n'a pas le sentiment d'avoir rencontré une personnalité originale, un univers. Vos nouvelles sont formidables, émouvantes, graves et légères en même  temps : j'y pense encore maintenant que j'ai achevé de les lire ; j'en garde certaines phrases en mémoire. Je n'arrive pas à en préférer certaines : elles me plaisent pour des raisons différentes. Une phrase « d’Aimer la vie » que j'aurais aimé avoir  écrite ! Alors, le vieil immeuble reçoit la confession de la ville.

Dorothée (professeur)

 

Retour vers les livres